• Site mis à jour le 16 janvier 2018
   
   
  facebook  

Ligue suisse des droits de l'Homme

| Site officiel |

dernier devait être entendu par le Ministère public que les forces de l'ordre l'ont interpellé, à un moment où son avocat, qui participait à l'audience, ne pouvait pas être présent. Il est difficile d'imaginer qu'il ne s'agisse là que d'un malheureux concours de circonstances, ni même d'une maladresse. Cette manœuvre a non seulement rendu la présence de Monsieur AZIZ à l'audience impossible, mais elle a surtout empêché ce dernier de bénéficier du soutien rapide de son avocat lors de son arrestation. Cette manière de procéder est indigne d'un Etat de droit et inacceptable.

Enfin, la LSDH demande que des garanties soient apportées quant aux possibilités de poursuite du traitement médical que Monsieur AZIZ a dû entreprendre après avoir été grièvement blessé dans l'incendie. Il a eu le crâne fracturé dans sa chute, les douleurs physiques sont donc lourdes. Dans ces conditions, un renvoi forcé apparaît comme particulièrement inadmissible. Outre ces douleurs, il est extrêmement important de tenir compte du grave stress post-traumatique dont souffre ce jeune homme.

Une fois encore la LSDH tient à rappeler son désaccord avec la politique migratoire et en particulier avec une application automatique des accords de Dublin, application qui s'avère ici particulièrement outrancière et en contradiction avec les droits fondamentaux.

Le Comité de la LSDH - Genève Contact : Mélissa LLORENS, 079 738 80 14 Marc MOREL, 078 817 69 86