Initiative populaire de l’UDC «Le droit suisse au lieu de juges étrangers» (initiative pour l’autodétermination)

 

La Ligue suisse des droits de l’Homme manifeste sa profonde inquiétude suite au dépôt le vendredi 12 août 2016 de l’initiative populaire «Le droit suisse au lieu de juges étrangers», par l’Union démocratique du centre (UDC), énième initiative populiste par laquelle ce parti joue à l'apprenti sorcier avec notre Constitution à des fins électoralistes.

Cette initiative aurait pour conséquence directe la dénonciation par la Suisse de la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH) du fait que celle-ci n'a pas, en son temps, été soumise au référendum, entraînant ainsi inéluctablement le retrait de la Suisse du Conseil de l’Europe. Cela occasionnerait la mise à ban de notre pays par la communauté internationale et l’instauration de graves sanctions, notamment économiques...

Une telle révocation constituerait, en outre, une atteinte grave contre les droits fondamentaux et un signal dramatique dans le contexte politique actuel, allant dans le sens d'un démantèlement des mécanismes internationaux de protection des droits de l'Homme,.

Le système international des droits de l’Homme a pour but la protection des peuples contre l’injustice, les discriminations, l’arbitraire et contre les attaques portées à la démocratie en général. Né suite aux atrocités commises durant la Seconde guerre mondiale, il est un pilier central de la lutte pour le maintien de la paix et des libertés.

La Suisse n’a aucune raison d’avoir peur de la Cour européenne des droits de l’Homme de Strasbourg, qui laisse une importante marge d'appréciation aux États.

En conséquence, la Ligue suisse des droits de l’Homme demande aux Chambres fédérales d’invalider cette initiative dangereuse et rétrograde afin de protéger les acquis fondamentaux garantis notamment par la CEDH.